Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 23 juillet 2015

Et les bombes alors ?

Le stakhanoviste des questions écrites à l'assemblée nationale, François Cornut-Gentille (Les
Républicains / Haute-Marne), a encore frappé. Après la dispo des avions et des hélicoptères, il vient de recevoir la réponse à une autre question écrite posée le 3 mars, renouvelée le 21 juin (faute de réponse).
L'élu de Saint-Dizier, circo qui héberge deux escadrons de Rafale de l'armée de l'air, voulait savoir à quoi peut bien servir un porte-avions dans l'opération Chammal.
La réponse, si elle est sans surprise (rôle stratégique du porte-avions, mobilité d'une piste, réduction du nombre de ravitaillements en vol, mais dans le total, n'est-ce pas négligeable au final, etc), manque néanmoins de chiffres d'activité aérienne, de cibles frappées, de bombes larguées, car faut-il le rappeler, même dans le monde de oui-oui, les porte-avions servent à faire la guerre. Même Daesch le sait, et ne pas le dire, ce n'est donc pas se protéger d'attentats en France (un argument naïf entendu).
D'ailleurs, quand l'état-major des armées se hasarde à parler de l'opération Chammal (une fois par semaine), il évoque ces mêmes raids de bombardements menés par l'armée de l'air, le nombre d'objectifs traités, etc.
Rien de tout cela donc dans la réponse qui concerne le groupe aéronaval (la perche était tendue pourtant). D'ailleurs, en faisant le bilan de l'opération qu'il avait menée, le patron du groupe aéronaval n'avait pas non plus livré le moindre de ces chiffres, malgré, déjà, là aussi, des interrogations de la presse.
Le seul chiffre produit dans la réponse ministérielle est celui des 1173 dossiers image réalisés à partir des pods Reco-NG des Rafale. Certes, les interprètes photos du bord, et les spécialistes du rens', souvent oubliés, ont enfin la reconnaissance qu'ils méritent.
Mais si la seule concrétisation opérationnelle de cette mission se borne à des dossiers images, la représentation nationale, voire la cour des Comptes, risquent de s'interroger sur le coût financier généré (1). Et eux, quand ils posent des questions, il faut quand même de vraies réponses. Surtout à quelques semaines d'un nouveau déploiement.
Le député parle lui sur son site d'une réponse "imprécise voire criblée d'oublis" tout en commentant, assez justement, les arguments et faits qui lui ont été donnés par le ministère.

(1) dans une réponse à une autre question posée par le parlementaire le 3 mars, le ministère avait indiqué le surcoût des huit semaines "irakiennes" du déploiement 2015 : 24,6 MEUR pour le fonctionnement, 11 MEUR de dépenses de personnel, et 8 MEUR pour des bombes larguées (qu'elle que soit la destination), soit un surcoût total, pour Chammal, estimé à 43,6 MEUR.