Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 30 avril 2015

Des soupçons en RCA mais pas de preuves produites

Comme les jours de début d'opération, il y avait une forêt de caméras ce matin au point presse
hebdomadaire du ministère de la Défense. Mais pas de victoire à annoncer à l'horizon : seulement tenter de préserver l'armée française de lourdes accusations, celles contenues dans un rapport commandé par l'ONU qui évoque des viols d'enfants centrafricains, présentés comme réfugiés, sur l'aéroport de M'Poko, en 2014. Ce document évoque des responsabilités de militaires africains et de Français. Mais on a aussi évoqué des Georgiens, dans la journée.
Ce document n'est pas public pour l'instant : le détail des preuves n'est pas produit.
La défense défensive de la Défense entretient une atmosphère lourde. Les révélations d'hier ont cueilli tout le monde à froid. Y compris ceux qui connaissaient les soupçons depuis des mois. (1)
Le seul argument produit ce matin est celui d'une enquête de commandement menée l'été dernier. Une enquête expresse menée pour vérifier que tout est resté conforme, suivie d'une saisine du TGI de Paris.
Mais on connaît les limites de telles enquêtes : ce n'est pas dans des notes de service, ou les assertions de cadres qu'on trouve réponse à des suspicions de viols.
Sans compter que deux versions cohabitent : l'EMA dit qu'il est prêt à transmettre la fameuse enquête à la justice... alors qu'à 300 mètres de là et deux heures plus tard, l'entourage du ministre explique... qu'il a été transmis hier. Malaise. Qui n'est pas une preuve, évidemment, seulement une illustration de plus et qu'en plus, dans le trinome communicationnel, la communication ne passe pas toujours très bien.
Une telle séquence enracine la presse dans le sentiment qu'on lui a menti. Il y a eu quelques précédents, et les relations entre la presse et l'institution ne sont pas, contrairement à ce qu'on peut parfois laisser penser, dans une situation idyllique. Il ne suffisait que d'entendre le ton des questions ce matin pour s'en convaincre. L'hallali sera encore plus violent si les accusations se confirment, mais il n'y aura, un dégonflement de l'affaire -si c'était le cas- ne fera pas l'ouverture des jités.
Factuellement, il y a eu de -rares- déviances de militaires français, par le passé : un braquage de banque en Côte d'Ivoire façon Morfalous, une neutralisation express par sac... mais aussi, des accusations calomnieuses portées sur un officier des forces spéciales en Afrique et qui s'étaient avérées sans fondement. L'explication était à chercher... en Suède et pas dans les actions de cet officier brillant qui a poursuivi sa carrière. Même si sept ans après, et comme s'il n'avait pas été lavé de ces soupçons, cette fausse polémique reste toujours lisible sur le net.

(1) cette posture défensive rappelle étrangement un autre dossier qui n'est pas passé à la postérité, mais qui opposait déjà l'ONU et l'armée française, il y a quelques semaines, au Mali, après des tirs de mortier. Là non plus, la communication n'avait pas été non plus très expansive.