Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 12 février 2015

Un excellent avion, une méthode différente

Il suffit de se pencher sur le bilan opérationnel pour comprendre que cet avion était bien né. Son
concept de poylvalence poussé à l'extrême, mais aussi de maintenance n'a pas d'équivalent. Mais cela n'avait pas suffi à l'exporter.
Car les armes sont avant tout un commerce entre états. La France n'avait pas toujours trouvé la bonne clé pour faire avancer la vente de cet avion. La capacité de lobbying s'était avérée bien plus puissante, et côté français, on n'avait pas retroussé les manches.
Il fallait aussi trouver des clients qui désirent cet avion. Les priorités des Brésiliens, on le sait maintenant, étaient surtout sur des transferts de technologies dans le domaine de la sous-marinade. Encore plus que dans l'aérien. Quelques maladresses ont suffi ensuite, de part et d'autre, pour faire capoter ce dossier prometteur dont finalement les Brésiliens ont jugé n'avoir plus besoin.
En Inde, le Rafale est le choix des autorités locales. Mais Dassault Aviatoon ne vend plus un avion, mais la capacité à l'assembler sur place, et même, à produire localement une bonne partie des composants. Il faut tout garantir, avant même que cette production locale ait commencé : de telles négociations, de telles garanties techniques prennent du temps.
L'Egypte sera donc le premier client export du Rafale. L'armée de l'air française, qui avec la marine a enregistré les premiers bilans opérationnels, sera en première ligne pour former les pilotes égyptiens, et peut-etre aussi, pour fournir des avions, afin que l'Egypte puisse être plus vite opérationelle.
Comme c'est le cas dans les contrats actuels, c'est donc un vrai partenariat qui est offert aux Egyptiens : pas d'assemblage local, pour permettre d'aller vite, mais une association à la maintenance, car l'Egypte dispose de capacités locales réelles.
Pour Le Drian, qui a cru à ce dossier peut-être avant bien d'autres (1), c'est donc une victoire personnelle pour lui.
Le 16 septembre dernier, le mindef s'arrête au Caire et croit dès le départ au doublé Rafale / FREMM qu'il présente au président Al Sissi, dans le cadre d'un partenariat global. Il en revient avec une conviction que l'affaire peut être faite. Le général Al Assar, proche d'Al Sissi, sera le négociateur égyptien tandis qu'en France, Dassault Aviation, MBDA (pour les armements) et DCNS rameutent la crème de leur négociateur, avec une poignée de collaborateurs du cabinet Le Drian.
Le 26 novembre, c'est Al Sissi qui relâche à Paris et dîne en tête à tête avec son visiteur de septembre. Les chiffres sont mis : 24 Rafale et une FREMM, même si d'autres versions évoquent un deuxième navire. Le 12 décembre, l'équipe Al Assar est à Paris et négocie autour d'un premier projet de contrat.
Le 11 janvier, à peine sortis de l'A330 présidentiel, François Hollande et JYLD croisent à nouveau Al Sissi, cette fois à Ryad, pour les obsèques du roi, et l'intronisation de son successeur. La nouvelle est rendue publique le jour même, ce qui atteste du niveau de confiance entre ces hommes.
Le challenge est posé : la frégate doit être livrée le 2 août 2015, pour la célébration du canal de Suez.
L'ultime pierre de la négociation est posée vendredi 6 février : Al Assar conclut avec JYLD.
Les deux mêmes s'appellent ce soir, à 18h45. A 20h16, l'Elysée sort son communiqué de presse. Et se ravise, avant d'en sortir un deuxième, neuf minutes plus tard.
Lundi, Le Drian sera au Caire pour signer un contrat à 5,2 MdEUR. Pour l'emmener sur place, un Falcon de l'ETEC, une autre création de Dassault Aviation...

(1) il faut sans doute s'atendre, dans les jours qui viennent, à une pluie de revendications de victoires de personnages, plus ou moins publics...