Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 6 octobre 2014

Comment nos alliés nous mettent la pression (actualisé-1)

Les Anglo-saxons multiplient les piques sur les Français, à qui ils reprochent de ne pas en faire assez.

Cela dure depuis des mois, et tout y passe. Cela a commencé par les BPC destinés à la Russie, qui a obligé la com gouvernementale à louvoyer sur ce dossier sensible, car la France cherche à gagner des gros marchés en Pologne, sur lesquels Britanniques, Allemands et Américains lorgnent aussi : ils appuient donc là où ça fait mal...Et dans ces cas-là, tout sert.
Cet été, Obama lui-même a fait une saillie sur les raçons payées par les Européens, au premier rang duquel les Français. Des rançons qui financent le terrorisme.
La semaine dernière, on apprenait qu'un responsable américain voulait le remboursement des sommes correspondant à ce qui avait été présenté à l'époque comme une aide américaine à l'action de la France au Sahel...
La semaine dernière, un responsable britannique se moquait de l'état des avions français. Même s'il est difficile de le contredire sur tout le parc, il faut reconnaître que le parc de la RAF a bien fondu ces dernières années, et qu'il a pris la précaution de faire sa sortie après le retrait de tankers pas très jeunes non plus... Et ne s'est pas apesanti sur l'absence des Typhoon des frappes en Irak.
En début de mois, les Australiens annonçaient qu'ils envoyaient la crème de leurs moyens sur la même base que les Français : huit chasseurs (soit deux de plus que les Rafale), un tanker et un AWACS flambant neufs (ce sont leurs premières missions de guerre). Les Australiens sont même déjà passés aux vols nocturnes, alors que Paris a mis près de trois semaines pour s'y mettre. Et ces insolents en plus inondent de photos pour le prouver, alors que Paris, qui a reçu des coups de règle sur les doigts, est condamné à une com' a minima sur l'activité d'Al-Dhafra. Paris n'a même plus le droit de nommer cette base. A lire les communiqués de l'EMA, les raids français décollent d'une base française fantôme, jamais nommée.
Hier, les Néerlandais annonçaient qu'ils avaient réalisé leur première mission opérationnelle : une double patrouille de F-16, dès le premier jour. Là où la cadence française est longtemps restée moindre en étant pré-positionnés sur place.
Ce matin, un média américain explique qu'un ancien de la DGSE a donc changé de camp et rejoint Al-Qaeda. Une fuite de plus de l'administration américaine, qui attend les explications (peut être embarrassées) de Paris.

Actualisé (13h) : La Défense assure de son côté que le djihadiste en question n'a pas de lien avec les  services de renseignement français.