Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 3 septembre 2014

Une réunion sur les effectifs

Un comité exécutif associant les principaux collaborateurs du ministre et les grands chefs militaires
s'est tenue hier à l'hôtel de Brienne : renseignement pris, elle concernait la baisse des effectifs, sujet qui n'était pas indiqué officiellement sur l'agenda du ministre. Aucun chiffre, et pour tout dire, aucune information n'est sortie de cette réunion, par delà ce que ce blog révélait la semaine dernière : nouveau report des annonces de restructurations -qui ne concerneront que 2015- et "quelques semaines" données au nouveau CEMAT pour proposer des alternatives.
On peut le dire de plein de façons, celle-ci est factuelle : l'armée de terre n'avait pas de projet pour préserver intelligemment des postes. Le général Bosser a donc un sursis. Pour certains, la façon la plus simple consiste à "décheniller", c'est à dire à réduire le volume des unités élémentaires, ce qui éviterait de fermer des régiments.
Ce serait une erreur, argumentent d'autres, alors que quand ils partent en opex, souvent, les commandant d'unité doivent piocher dans la voisine pour pouvoir aligner l'effectif demandé. Il suffit d'ailleurs de se pencher sur les opérations des dernières années pour voir que les GTIA ont parfois des compagnies d'infanteries provenant de régiment différents -ce qui n'est pas toujours idéal- quand ce ne sont pas des unités provenant de brigades différentes.
On me dira que ce ne doit pas être un élément bloquant dans l'armée de terre de 2014, mais que des unités qui ne se sont pas entraînées ensemble, et qui ne se connaissent pas, ne sont pas toujours aussi efficaces que des unités qui se sont entraînées ensemble. Certains échecs peuvent trouver une forme de réponse dans ces facteurs.
Mais avant même d'aller traîner sur ces économies de bouts de chandelles, on peut même s'interroger pourquoi, en 2014, la France supprime des postes dans sa défense, par delà l'application d'un plan comptable.
Car il suffit de regarder le monde comme il est, pour se rendre compte que désarmer dans un tel contexte n'est pas très raisonnable. Dans la décennie précédentes, les zones d'intervention étaient en Afghanistan, en Côte d'Ivoire. Elles se sont rapprochées : Libye, Irak, Syrie, Ukraine. Et demain, une campagne d'attentats, des soucis dans le parc nucléaire obligeraient à faire appel à une capacité d'intervention sur le théâtre nationale devenue rachitique.
Certes, on me rétorquera que la France n'a que 8.000 militaires en opex, et qu'elle peut en engager jusqu'à 22.000, comme le rappelait récemment le CEMA dans un interview à Bruno Besson.
Mais il y a déjà surchauffe dans des capacités rares : les forces spéciales, les C2, les véhicules logistiques, les tankers, les drones (quatre sur six engagés), les hélicoptères... Et faire une guerre moderne sans tout cela, c'est nettement moins simple. Certains disent même, impossible.