Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 28 septembre 2014

Un de perdu, un de retrouvé

Un GTIA de moins à Sangaris, un de plus à Barkhane. Il y a un lien direct entre la disparition d'un
GTIA évoquée sur ce blog et la mise sur pied du GTIA Est de Barkhane, à la fin de la semaine qui commence. En fait, ce dernier reprend l'ossature qu'avait le groupement terre d'Epervier, avec une composante infanterie et cavalerie, un élément d'artillerie et un peu de génie. Il disposera de sa propre compagnie de commandement et de logistique et d'un petit état-major tactique (EMT).
Sa recréation coïncide avec le retour des Français qui devaient en fait oeuvrer en Epervier, et étaient partis directement en RCA sans passer par la case N'Djamena. Elle coïncide aussi avec la fin d'une grosse phase de travaux à Niamey, promu hub pour le fuseau ouest.
Les infrastructeurs ainsi libérés seront remplacés par des postes de combattants. Mais il est évident que la création du GTIA Est va obliger à mobiliser des réserves de pédagogie pour expliquer le dépassement de l'effectif jusqu'alors plafonné à 3.000 (1). Pour autant que la vérité des chiffres soit pratiquée.

Au gré des premières utilisations, le format de ce GTIA Est pourra évoluer. Car si le GT d'Epervier était régulièrement en nomado dans le pays par le passé, il n'a pas été régulièrement engagé au feu. Sauf, par la force des choses, en 2008, par exemple.
Ou en étant le premier à s'engager à Bamako, en janvier 2013 : les marsouins du colonel Paul Gèze, patron du 21e RIMa avaient alors pris le premier Hercules disponible pour arriver au Mali, et dresser un épi autour de la capitale malienne.
Un an et demi plus tard, c'est toujours du nord de cette zone que vient la menace. Le GTIA Est ne dispose pas, pour l'heure, des véhicules adaptés à ses missions. Surtout quand on sait qu'en trois mois, pas moins de quatre véhicules ont sauté sur des explosifs au Mali. Des nouvelles pas très raccord avec la situation présentée à Paris. Ou à Bamako.

(1) un plafond pourtant régulièrement brandi à Paris pour s'interdire d'envoyer à Barkhane les capacités dont cette opération manque.