Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 9 septembre 2014

Quelle bonne organisation pour la BAFSI ?

A peine arrivé en place, le nouveau chef de la BAFSI (1) va devoir formuler des propositions au CEMAA
pour réorganiser l'ensemble. A l'époque du terrorisme, la protection des bases aériennes et des centaines de millions d'euros -quand ce ne sont pas des milliards- qu'elles hébergent est évidemment un sujet majeur, mais elle a dû être rationalisée ces dernières années. Dernier en date, l'escadron de protection de La Réunion vient d'être dissout... Le métier évolue mais recourt encore peu aux capteurs, pourtant généralisés dans ce genre de missions dans les autres bases de ce type ailleurs dans le monde (2).
La période oblige aussi à poser la question de la juste qualification nécessaire, notamment de soldes à l'air, pour une mission qui n'inclut pas l'hypothèse de saut ou de vols.
Les restructurations posent aussi la question de la base nécessaire pour alimenter les flux de recrutement des commandos parachutistes de l'air (CPA). Le CPA 10 oeuvre au profit du COS, mais conserve des mandats conventionnels, tandis que les CPA 20 et 30 assurent des missions d'appui aérien, de récupération de personnels et de protection de force.
Chez les CPA, la logique voudrait, comme l'ont fait très tôt les marins, qu'on colocalise les trois unités et l'école de formation. C'est un gage d'aération pour les personnels, notamment les cadres, qui après avoir beaucoup donné en opérations, peuvent ensuite faire profiter de leur expérience aux jeunes. Qu'il est ainsi possible de mieux choisir et former. 
Pour l'heure, l'armée de l'air semble préférer une autre approche. Chacun de ses CPA est lié à une unité navigante : le CPA10 avec le Poitou, à Orléans, le CPA20 travaille aussi bien avec les avions (de chasse et de transport) que les hélicoptères. Et le sort du CPA30 (basé à Bordeaux) est lié aux hélicoptères de Cazaux. Sans pour autant que les unités s'entraînent ensemble en permanence, séparés par 60 km.
C'est la fermeture annoncée de la base de Dijon, et la concentration des unités du COS dans le sud-ouest qui amène à poser la question de l'implantation des ces CPA -et du Poitou- en Aquitaine. Chacune de trois bases Air (Bordeaux, Caaux, Mont-de-Marsan) a de quoi les héberger.
Avec des équipes de chuteurs opérationnels, de guidage aérien, des cynos, et des capacités de reconnaissance de terrains de posers d'assauts, les deux commandos conventionnels (20/30) ont quelques atouts pour répondre aux besoins actuels de mobilité et de réactivité de l'armée française dans toute la partie nord de l'Afrique...

(1) regroupant dans l'armée de l'air les fusiliers commandos de l'air, les commandos parachutistes de l'air (CPA) et les pompiers, ainsi que les écoles, actuellement installées à Cazaux et Dijon.
(2) je ne dis pas qu'il faut remplacer tous les hommes par des capteurs, mais qu'il ne faut pas exclure le progrès sur un sujet de ce type.