Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 16 juillet 2014

Un exercice majeur de l'UE sans Français

Toujours prompte à donner des leçons à la face de l'Europe sur la défense, la France n'est pourtant pas
présente à cet exercice majeur, Hot Blade, organisé par l'agence européenne de défense (EDA) à Ovar (Portugal) qui vient de commencer.
Il rassemble 25 hélicoptères (Portugal, Allemagne, Autriche, Belgique, Pays-Bas, et mêmes les Britanniques, les plus rétifs à l'Europe de la défense !)  et pas moins de 3.000 hélicoptéristes : difficile de faire mieux !
Même en cherchant bien dans la liste des observateurs (on a le droit de venir sans ses rotors si on n'en a pas...), pas de Français non plus mais des Suédois, des Brésiliens (!), des Italiens, des Hongrois et des ressortissants du NSHQ (forces spéciales de l'OTAN).
Cet exercice a été monté, à l'origine, pour que les européens développent leur interopérabilité en matière d'hélicoptères, le vecteur qui manque toujours le plus dans les générations de forces des opérations européennes (il n'y en a d'ailleurs aucun dans Eufor RCA...). Quelque part, "Hot Blade" est donc l'enfant de l'Eufor Tchad RCA, une opération qui avait amené à envisager de faire appel à des hélicoptères polonais et russes dans une opération européenne car personne n'en avait dans ses hangars. Pas même l'Allemagne, un des premiers parcs sur le continent...

Cette absence française à "Hot Blade" (1) ne peut pas s'expliquer par le fait que la France est engagée sur les fronts (Sangaris, Serval), car elle l'était bien plus en 2011 (Libye, Côte d'Ivoire, Afghanistan...).
La réalité est bien plus cruelle : le pays qui a inventé l'hélicoptère militaire en Indochine puis en Algérie (avec à l'époque, une marine et une armée de l'air très motrices) n'est plus aujourd'hui capable de régénérer son potentiel,
Ce n'est pas autrement qu'il faut voir le recours à des Fennec de l'armée de l'air en Centrafrique (ils y font merveille) ou de Puma Resco et de Caracal au Tchad, à la place de Puma de l'ALAT. Depuis 10 ans, les hélicoptères (et ceux qui les servent) accumulent les opérations, tandis que les appareils de nouvelle génération arrivent en nombre limité, et avec des coûts de mise en oeuvre bien plus élevés, des chantiers de rétrofits bien plus longs.
La France manque aussi de rotors correspondant aux opérations. Pour ne citer que les plus évidents, un hélicoptère lourd (les sénateurs et les députés en parlent sans cesse, sans trouver les euros pour les payer), et un hélicoptère léger polyvalent armé et blindé. Son achat a été reporté au-delà de 2020. 
Et malgré les jolis rapports pondus à Paris, la réalité quotidienne vécue dans les unités d'hélicoptères est souvent plus déteriorée : les budgets d'entraînements ne permettent pas non plus de s'entraîner au même niveau qu'avant. Et surtout, les standards pronés par l'OTAN ne sont toujours pas respectés.

(1) l'EDA organise des exercices aussi en matière de ravitaillement en vol et de transport tactique. Seul ce dernier es régulièrement fréquenté par la France. Pourtant, on manque aussi d'avions de transport tactique.