Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 20 juillet 2014

On a sauvé Djibouti

Les forces françaises à Djibouti (FFDJ) ont apparemment sauvé les meubles et évité le pire, si l'on en croit
des informations convergentes qui arrivent de Paris et de Djibouti depuis quelques heures. Difficile donc de croire que le chef des armées, qui pourrait même y faire relâche prochainement, pourrait éviter le sujet avec son homologue djiboutien. Et rassurer tout le monde (enfin), car le simple fait de prononcer le mot de Djibouti (ou de l'écrire) file un gros coup de stress à certains parisiens (je ne cite personne).

Tout était plutôt mal parti sur ce sujet douloureux : un conseil de défense d'octobre avait bien prévu de ratiboiser les effectifs de cette base stratégique pour la France (qui semble être la seule à ne pas le savoir...). Des 1900 actuels, on serait donc tombé à 950, comme ce blog l'avait en son temps révélé. Deux députés ont remis une couche il y a quelques jours, et ce coup de collier parlementaire semble avoir littéralement sauvé la base. Dans un bureau de l'EMA, en tout cas, on le croit.
Je le crois aussi.
Il est vrai que les deux parlementaires ont fait circuler leur rapport à temps : il devait être rendu en septembre, mais avec un administrateur semble-t-il hors pair, ils ont gagné près de deux mois. Gwendal Rouillard est l'héritier politique du ministre de la défense à Lorient, mais aussi un hollandais historique : nul doute qu'il a trouvé les bonnes cases courrier pour faire passer son travail. Yves Fromion est un vieux routier de la commission de la défense : leur travail commun a donc, de fait, été pris très au sérieux et non partisan.
L'idée d'un effectif palier, à 1300 semble convenir à tout le monde (il pourrait peut-être même le dépasser), d'autant plus que comme cela avait été le cas pour d'autres (1), le site a été rattrapé par l'actu : Yémen, Somalie, terrorisme à Djibouti importé de Somalie, on n'a que l'embarras du choix. A 1300, les FFDJ serait donc une base lyophilisée qui gardera l'essentiel de ses capacités. Restera plus qu'à lui verser de l'eau (le Guépard et la chasse des EAU) en cas de gros dur : comme partout ailleurs, il faudra donc garder la piste intacte, et prier pour que les bad guys n'aient pas des missiles ou des armes lourdes (2). Car même avec l'Atlas, quand la piste est fermée, elle est... fermée.

Sans évidemment me substituer à la parole présidentielle, qui va en fait surtout plus au sud labourer des terres moins meubles (3), à La Réunion et à Mayotte, on peut le dire, la base de Djibouti est sauvée.


(1) rappelons encore qu'Alain Juppé avait envisagé de fermer la base française à N'Djamena.
(2) sur ce plan, vraiment, aucune crainte, les affaires en Libye, ou plus récemment en Ukraine, ou encore une vieille affaire rwandaise nous le rappellent, les missiles sol-air, c'est vraiment pas facile à trouver. 
(3) étrangement, on demande moins d'efforts d'effectifs aux FAZSOI, qui pourtant, n'ont pas été mobilisées dans les dernières opérations... sauf via leurs deux navires, pour Atalante, et la lutte contre la pêche illégale. Pourquoi, dans ce cas, ne pas le dire franchement et en tirer les conséquences, en transférant le 2e RPIMa à Djibouti et en l'interarmisant avec les composantes du 5e RIAOM...