Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 17 juillet 2014

Même les forces spéciales manquent de moyens (billet)

Aujourd'hui c'était changement de chef de corps à Bayonne, au 1er RPIMa (1), comme le signale le site
Veterans-Jobs-Center.com. Comme c'est le cas en pareille occasion, les généraux sont venus (2) et l'un d'eux, qui commande rien de moins que les forces spéciales de l'armée de terre a lu l'ordre du jour. Les oreilles les plus attentives ont capté dans ce texte, par deux fois, l'allusion aux moyens comptés avec lesquels les opérateurs du 1er RPIMa devaient réaliser leurs missions (3). Ce qui peut sembler troublant pour des troupes qui ont été érigées par le dernier Livre Blanc en priorités des priorités.

Certes, le problème n'est pas nouveau : des sénateurs, puis deux députés, Gwendal Rouillard (l'héritier politique de JYLD à Lorient) et Yves Fromion l'ont très clairement évoqué dans deux rapports publiés à... deux mois d'intervalle. Difficile, d'ailleurs, quand on ces mêmes forces spéciales en face de soi de ne pas le voir. Même si d'assez longs reportages consacrés à ce sujet ces derniers mois ont réussi à ne pas le constater. Et encore moins, à le souligner largement.
Mais si le patron des forces spéciales Terre le dit en public, et que ce blog le répète (et pas pour la première fois), peut-être, désormais, sera-t-il impossible de ne pas l'entendre. Outre des soucis désormais bien connus en matière de voilures tournantes, mais aussi de VPS à bout de souffle, ou encore de matériels qui prennent vraiment beaucoup de temps à être qualifiés par la DGA (4) comme la minigun M134, on peut maintenant rajouter des problèmes de rechanges. Il faudrait plus d'une année pour récupérer des pièces de rechange pour des mitrailleuses Minimi... Dans la BSS, il est vrai que les terro-djihadistes ont le temps, et les Français, pas leurs rechanges.


(1) comme les deux avant-derniers chefs de corps, l'actuel est un pur produit du régiment, où il a effectué la quasi-totalité de son parcours opérationnel. Il avait notamment été chef du bureau opérations instructions du régiment.
(2) notamment le général de Saint Quentin, ancien chef de corps et actuel GCOS.
(3) Avec, d'ailleurs, un succès récurrent dans la BSS, où le régiment a perdu deux des siens, le caporal-chef Stéphane Duval mort au combat, et un ancien, Yann Desjeux, tué dans l'attaque d'In Amenas. Les deux devaient être présents dans bien des esprits, aujourd'hui.
(4) les deux députés l'écrivent noir sur blanc dans leur rapport. Comme ils se sont aussi étonnés, en face de moi et quelques collègues, de problèmes anciens d'aéromobilité qui avaient été diagnostiqué dès le milieu de la précédente décennie... et pas réglés.