Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 15 juillet 2014

Le terrorisme, évidemment (billet)

La mort d'un sous-officier de légion hier est le résultat d'un mode d'action clairement terroriste : un
véhicule suicide qui n'a pas pu être stoppé à temps. Sauf à se mettre à dos les populations locales et interdire la circulation, ce mode d'action a malheureusement de beaux jours devant lui et le succès de cette première, contre les Français, va forcément susciter de nouvelles vocations (1) tout en obligeant l'armée française à le prendre en compte. Il a déjà servi, comme je l'expliquais ce matin, contre des Tchadiens et des Maliens. Maintenant les Français : quoi de surprenant ?
Plusieurs projets d'attaques ciblées ont sans doute déjà été démantelés à temps. Y compris un contre une base française de la région, fin 2013.
Les terroristes du Mali et ceux de Somalie ont les mêmes intérêts, convergents, et les liens sont anciens, comme l'affirme le livre de Jean-Christoph Notin consacré à Serval. Il est difficile de croire que le récent attentat de Djibouti ne ciblait pas des Français : la plupart des familles ont anticipé leur retour en France, et les familles des partants sont interdites de séjour d'ici la fin de l'année. Bref, le terrorisme a déjà gagné.
Dans la BSS, les Français ont les drones, les forces spéciales et les Rafale, les terroristes ont les kamikazes, les tirs de roquettes, et les IED. Et même les mines semées par les deux camps (djihadistes et maliens), un peu partout dans le nord-Mali. A plusieurs reprises, donc, les uns et les autres ont manqué de faire bien des victimes dans les rangs français, civils et militaires.
Pour peu qu'ils aient un peu de mémoire, les terroristes du Mali se souviendront que leurs collègues d'Afghanistan avait marqué les esprits, et tué, à Joybar (quatre paras du 1er RCP et du 17e RGP et un photographe), le 13 juillet 2011, déjà un attentat kamikaze. On peut rappeler que dans la foulée, la France avait changé d'approche du sujet en Afghanistan. Et qu'à peine un an et demi plus tard, les FOB avaient été vidées. Et il n'y avait pas eu de manifestations à Paris pour que les militaires française reste à tout prix en Afghanistan pour y faire triompher les droits de l'homme (et de la femme).
La date et les conditions de l'attaque, hier, n'ont rien à voir avec le hasard. Les terroristes reprennent le terrorisme.

(1) on m'objecte souvent qu'il est plus difficile de trouver le terroriste que la voiture. Je crains malheureusement qu'on ne manque pas de volontaires.