Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 22 avril 2014

La France va déclencher une nouvelle opération d'ampleur

Plus d'hélicoptères qu'à Serval, plus de militaires qu'à Sangaris : la France prépare la plus grosse des
opérations de l'année, mobilisant un drone, des chasseurs, des hélicoptères de transport et d'interception, des radars mobiles, des missiles sol-air, un AWACS et même des unités relevant du COS. La France ne va pas lésiner pour que la venue des chefs d'exécutifs du monde entier en Normandie, le 6 juin, se déroule dans les meilleures conditions. D'autant plus que tout cela se fera sous les feux des caméras elles aussi du monde entier.
A quelques éléments près (et encore), l'approche capacitaire et la problématique, qui la détermine, ne sont  pas très différentes de celles de 2004 (et avant, de 1994, de 1984, etc). ll faut que la bulle dans laquelle se déplace ces chefs d'état soit totalement étanche, elle est donc précédée de plusieurs autres bulles, plus larges, en mer, à terre, dans les airs. C'est apparemment archi-simple, mais cela change notablement de la gestion du fouin, ou des inondations, qui font en général la joie de l'équipe qui, à l'EMA, gère les opérations intérieures (avec, il est vrai, quelques autres questions plus sérieuses).
Rien ne doit rentrer dans la bulle, d'un modèle réduit (ou d'une tarte à la crème) manié par quelqu'un voulant occuper quelques minutes des médias, à l'avion qui serait détourné pour venir s'écraser à Ouistreham, où se tiendra la cérémonie internationale.  Pour tenir ce challenge finalement pas si évident, il faut aussi que les administrations coopèrent et jouent le même concerto : c'est donc, par nature, une opération interministérielle.
L'avantage est qu'il y a peu d'adaptations réglementaires à réaliser. La France réalise en fait cette mission en permanence, en plusieurs portions du territoire sous le pilotage fin du CDAOA, ce sont les dispositifs particuliers de sûreté aérienne (DPSA). Régulièrement, ils font couiner les autres usagers du ciel, mais c'est qu'en dessous, on trouve une centrale nucléaire, un site stratégique, etc. Tout est réglé depuis des lustres : la chaîne rend compte et tire sur un ordre du Premier Ministre (pas moins).
Il y a moyen d'être complet, avec des missiles Mistral et Mamba, des guets à vue, etc.
Comme en opex, un décideur -ici un préfet- ne peut se passer d'images : un drone Harfang du 1/33 Belfort fera donc partie des commémorations (1). Le Harfang connaît la musique, il a commencé sa carrière en survolant le Pape, en 2008.
Comme ils le font à Bangui, les hélicoptères Fennec Masa du 3/67 Parisis peuvent collecter du renseignement, mais avant, en Normandie, ils devront, comme en 2004, assurer la protection rapprochée des sites. GIGN et RAID seront engagés dans la manoeuvre de protection rapprochée, au sol. Dans leur sillage, le groupe interarmées d'hélicoptères, unité du COS qui leur est réservée. Des hélicoptères de formations aériennes de la gendarmerie seront aussi déployés pour la surveillance générale.
Des unités de l'armée de terre seront de la partie, par exemple pour le transport de délégations, la surveillance par équipe cynophile, ou pour du renseignement d'ambiance, du guet. Mais comme dans Vigipirate, ces militaires n'ont pas pouvoir de police : ce seront des CRS et gendarmes mobiles qui se chargeront d'éventuelles interpellations de manifestants perturbateurs.
Mis bout à bout et en n'oubliant personne, le volume de personnel militaire consommé excédera et de loin ce que la France engage pour la plus importante de ses opérations extérieures : la Centrafrique, où officiellement, ils ne sont toujours pas plus de 2.000.

(1) avant le 14 juillet où il sera aussi engagé, et peut-être, le 15 août (70 ans du débarquement de Provence).

Retrouvez ici toute l'actualité des 70 ans du Débarquement : le premier post a été écrit... le 6 juin 2013. Et bien d'autres suivront encore.