Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 23 mars 2014

Pendant les élections, la découpe continue

C'est le Dauphiné Libéré qui nous l'apprend, le 5e escadron du 1er REC a rendu le fanion ce matin et ses
effectifs ont été redistribués vers le 4e escadron. Certains jugeront que c'est anecdotique, mais ça ne l'est pas : la Légion (7.000 hommes) va devoir maigrir. Le 2e REI, le plus gros régiment d'infanterie de l'armée française, va aussi devoir rendre des postes, ce qui semble plus correspondre à une réduction automatique qu'une réduction logique.
Par delà des dissolutions difficiles à éviter (artillerie, génie...), d'autres pistes d'adaptations existent, comme la colocalisation des deux régiments action de la BFST. L'espace disponible (il faudrait néanmoins construire de l'infra) et les atouts de Souge (stands de tirs, DZ, piste rallongée à 1200 mètres) militent pour une solution en Gironde.
Même si on avait entendu le contraire pendant le Livre Blanc, la DGA va elle aussi faire des efforts de format. Elle pourrait rendre plusieurs centaines de postes, on parle même d un millier de postes au final. L'érosion naturelle (la pyramide des âges est assez élevée) pourrait faire une partie du travail, mais ce ne sera pas suffisant. Il faudra donc sans doute inventer encore de nouvelles organisation dans les centres d'essais -un groupe de travail commun avec les armées planche sur ce sujet depuis des mois dans une très grande discrétion-, ceux qui consomment actuellement le plus d'effectifs. Mais c'est aussi le format actuel qui permet plus de réactivité en période d'urgence opérations.
L'armée de l'air, elle, est déjà partie sur de nouvelles organisations, avec la recréation d'escadres, disparues dans les années 90. Trois bases (Avord, Istres, Nancy) seront concernées dans quelques semaines à titre expérimental : celle de Nancy sera confiée à un lieutenant-colonel ancien, qui supervisera donc trois commandants d'escadrons, eux aussi lieutenant-colonels. Ces trois sites sont les plus faciles à mettre en place car cohérents géographiquement et ne nécessitant aucune restructuration (ou presque).
Dans la foulée, la totalité de l'armée de l'air devrait adopter ce système (1). La révélation de la plupart d'entre elles restent liées à de nouvelles restructurations qui interviendront à Dijon et Luxeuil. Et peut-être encore ailleurs.
Les sites outremer vont aussi devoir s'adapter : Djibouti et Libreville sont parmi les sites les plus exposés, comme ce blog l'a déjà expliqué. Mais réduire à tout crin peut un jour se retourner contre le système : en janvier, un SNA a dû effectuer un escale non prévue à Djibouti suite à une avarie, et cette escale technique était possible du fait de la présence sur place d'un échelon de protection suffisant (un groupe d'intervention de fusiliers marins est déployé en permanence) et de capacités suffisantes de réparation (2)... Sans ces moyens, il aurait fallu relâcher dans la péninsule arabique...

(1) on peut ainsi imaginer une escadre de bombardement nucléaire basée à Saint-Dizier sur Rafale, avec deux escadrons de Rafale, une escadre de forces spéciales multi-sites, etc...
(2) une équipe de DCNS a néanmoins dû venir prêter main forte.