Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 6 décembre 2013

Sangaris change (déjà) de braquet

Certains y verront (déjà) un mauvais signe : les quelques dizaines de morts enregistrés hier rien qu'à Bangui,
et les premiers coups de feux mortels délivrés par des soldats français aujourd'hui ont vite fait changer l'orientation et la posture de l'opération Sangaris. Un signe comme un autre, on a fait donner la Chasse ce matin au-dessus de Bangui, les Rafale étant promus au rang d'arme psychologique (ils n'étaient évidemment pas envoyés pour bombarder).
La semaine dernière, à Paris, on voyait Sangaris comme une opération relativement simple à mener, comparée à Serval. Les évènements des dernières heures démontrent qu'il va néanmoins falloir revoir quelques points, au risque, sinon, de rencontrer de mauvaises surprises sur ce théâtre que les forces françaises ont parcouru en 1996, 2006, 2007, 2012, et donc, 2013. Sans que cela constitue à chaque fois une partie de plaisir.
Le format rappelé par Laurent Fabius hier -pas plus de 1200 militaires- est déjà nettement revu à la hausse : on parle même de mobiliser au total 1.800 militaires, car le travail de sécurisation risque de prendre bien plus de temps que prévu. La superficie de la Centrafrique est une fois et demi celle de la France.
Avec 1.200 militaires, dont seulement un peu plus de la moitié patrouillent réellement sur le terrain, pas de quoi sécuriser Bangui et l'axe ouest vers le Cameroun, essentiel pour l'aide humanitaire. Et comme les Européens ne se bousculent pas à Bangui, la France ne peut compter que sur propres forces (dont le matériel et le moral décline).
Pour renforcer son dispositif actuel de paras (8e RPIMa et 3e RPIMa), de forces spéciales (ils sont déjà tous là...), de chasseurs alpins et de marsouins (21e RIMa), l'EMA devrait puiser encore dans les soutes du Guépard, mais pas que. Sans surprise, la 11e BP peut compter sur des éléments du 1er RCP, et sans doute encore plus, du 2e REP.
Les légionnaires devaient la semaine prochaine effectuer un gros exercice régimentaire, en lien avec l'exercice de l'armée de l'air Serpentex : ils étaient donc totalement dispos. Comme en 1996 avec leur chef de corps (1), les légionnaires parachutistes devraient retrouver assez vite la Centrafrique.
Ce renforcement bien plus important que prévu va poser un problème logistique, car (comme pour Serval), il n'y aura pas assez de véhicules pour tout le monde : il faudra donc affrêter encore plus d'An-124, creusant encore les surcoûts opex. Car à ce stade, les deux A400M de l'armée de l'air n'ont pas été convoqués pour s'insérer dans le pont aérien entre la France et la RCA... Sans doute parce que les fonds alloués à leur activité de vol ont été limités à quelques dizaines d'heures par mois.

(1) Benoît Puga, l'actuel CEMP.