Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 18 décembre 2013

Le Gripen donné gagnant au Brésil (actualisé 23h)

Contre toute attente, c'est le Gripen suédois qui s'impose au Brésil. De quoi surprendre, puisque
les Brésiliens ont toujours affirmé vouloir prendre des biréacteurs pour des raisons de sécurité des vols. Au-dessus de l'Amazonie, hors des élongations des hélicoptères de secours, il est plus prudent d'en avoir deux. Le Gripen est monoréacteur, son endurance est bien moindre, et son panel d'équipements plus réduit.
Les Brésiliens avaient aussi fixé le niveau technologique qu'ils souhaitaient acquérir, du fait de leur environnement géostratégique. Le Gripen qu'ils sont prêts à acheter n'a pas réellement vu le combat (1). Le Rafale a opéré depuis 2001 en zone de guerre en Océan Indien, en Afghanistan, en Libye, au Mali et depuis quelques jours, en RCA. Il est aussi déployé en permanence aux EAU.
A ce stade, il est difficile de comprendre l'argument qui a prévalu au renversement de choix des Brésiliens : les coûts liés aux aménagements sportifs (JO, Coupe du monde), réduisant la marge de manoeuvre budgétaire, ou l'accumulation de contrats avec l'industrie française (50 Caracal avec Eurocopter, une base navale sous-marine clés-en-main avec DCNS) qui seraient devenus difficiles à justifier en interne. Des facteurs qui avaient déjà joué des tours au chasseur français au Maroc.

(1) même si des Gripen ont assuré des missions air-air pendant la Libye. Le Gripen est en service en Afrique du Sud, en Thaïlande, ainsi que, via un contrat de location, en Tchéquie et en Hongrie. La Suisse l'a retenu au terme d'un processus qui reste encore aujourd'hui controversé.

Actualisé 23h : le GIE Rafale a diffusé ce soir un communiqué de presse prenant acte de la décision brésilienne, et constatant les efforts réalisés pour crédibiliser l'offre française par des investissements dans le tissu industriel local (avant même un achat).  "Nous regrettons que le choix se porte sur le Gripen, doté de nombreux équipements d’origine tierce, notamment américaine. Il n’appartient pas à la même catégorie que le Rafale : monomoteur et plus léger, le Gripen n’est pas équivalent en termes de performances et donc de prix. Cette logique financière ne prend en compte ni le ratio coût-efficacité favorable au Rafale, ni le niveau de la technologie offerte."