Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 17 décembre 2013

Conseil européen : que restera-t-il des belles intentions ? (billet)

Pour la première fois depuis 2008, les 28 vont parler de défense, ce jeudi, lors du conseil européen. C'est
une figure imposée qui peut virer en exercice libre, tant ces sessions sont imprévisibles par nature. Les chefs d'exécutifs sont seuls avec le chef de l'exécutif européen, Van Rampoy. Tout est donc possible, sur la base d'une liste à la Prévert -rédigée par les sherpas- dont tous les ingrédients ne résisteront sans doute pas à l'examen pratique.
Car les Européens ont tous une idée sur ce que l'Europe de la défense ne doit pas être, il suffit pour cela de parcourir ce blog, les exemples pullulent. Trois gros dossiers doivent être examinés : les opérations, les capacités et l'industrie de défense. Par tradition, on le sait, on s'alignera sur les prétentions de l'état-membre le moins motivé. Ou un quarteron de pays motivés leaderont eux-même la thématique.
Dans le premier domaine, les Européens doivent étudier la possibilité de soutien aux Africains dans les opérations de surveillance et de contrôle des frontières au Sahel. Un décloisonnement des outils européens éligibles doit aussi être examiné dans le domaine des opérations maritimes.
Dans le domaine capacitaire, les Européens ont repris les carences bien connues, dans le domaine des drones et du ravitaillement en vol. A court terme, l'objectif est de faire payer par la commission -qui souhaite s'impliquer sur la thématique des engins non pilotés- l'insertion dans la circulation aérienne générale. Une enveloppe de 50 à 100 MEUR est mobilisable. Demain, il s'agira de s'engager entre Européens sur un drone MALE à l'horizon 2025. A plus court terme, l'idée d'un club d'utilisateurs européens du Reaper -une idée portée par le Français Le Drian- semble difficile à mener concrètement... pour autant qu'on en attende des résultats tangents. Pour le ravitaillement en vol, les objectifs sont plutôt modestes puisqu'il s'agit de mutualiser les capacités, à la fois dans le soutien et l'emploi. Mais cela ne générera pas, concrètement, d'achat de capacités nouvelles par rapport à ce que les Etats ont déjà eux-mêmes décidé et annoncé. Par contre, l'élargissement de la communauté de l'EATC (European Air transport command) semble acquise. Dans un premier temps, à l'Espagne, puis l'Italie et la Pologne. Et enfin, la Grande-Bretagne, dans une forme qui reste à définir. On le sait, deux lettres gênent les Britanniques dans l'EATC : le E de "european", et le C de "command".
Le troisième et dernier volet du conseil porte sur l’industrie de défense, c'est celui qui intéresse le moins. Peu de résultats sont à attendre, si ce n’est l’évolution théorique que pourraient suivre quelques pays pour exclure de la TVA certains programmes capacitaires mis en commun. Générant une économie qui serait, de fait, non négligeable.