Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 25 novembre 2013

SSA : des coupes mais pas de chiffres...

Exercice périlleux cet après-midi pour le grand patron du service de santé, Jean-Marc Debonne :
communiquer sur un projet de réforme redouté par les personnels et les ayant-droits, sans fournir, quasiment, pas le moindre chiffre. 550 ressortissants du SSA et de la chaîne hospitalière civile étaient là pour l'écouter. Mais le DCSSA a dû se cantonner à livrer l'esprit d'une réforme nécessaire à grands traits. Avec un mot à la mode, "différencié" : les HIA feront l'objet d'un traitement différencié, évitant normalement la fermeture à certains d'entre eux.
Quatre hôpitaux d'instruction des armées, Metz, Brest, Bordeaux et Lyon devront être mieux insérés dans la chaîne de soins civile. A charge de l'ARS (agence régionale de santé) et des directeurs de ces HIA de trouver les voies les plus harmonieuses pour y arriver. D'ores et déjà, à Bordeaux, des praticiens militaires peuvent travailler en milieu civil et vice-versa : c'est présenté comme une forme de win-win pour le contribuable et le patient. On rassure : un blessé revenant d'opex sera forcément accueilli à Paris, dans les actuels référents (dont le plus évident, Percy). Mais une partie de son parcours pourra ensuite être effectué en milieu civil. C'est une forme de retour sur les promesses qui avaient été faites pendant l'Afghanistan, sur le suivi des blessés militaires, dont le niveau de compréhension par les structures civiles est assez faible.
Le SSA cumule les soucis et les contraintes. Son besoin de modernisation ne peut être couvert par ses ressources budgétaires prévisibles. Même si cela n'est pas dit, il faudra réduire le format, et réduire la masse salariale. Les CMA vont être densifiés (et redéonimés CMA de nouvelle génération, seulement deux ans après leur création...), une façon comme une autre de reconnaître qu'il y en a encore trop...
Des antennes médicales persisteront dans les régiments, dans le cadre d'une revue globale qui sera faite avec l'EMA.  Ce dernier a rappelé l'intérêt pour ce sujet crucial, avec la présence du major général, le général de Villiers. Les armées étaient aussi présentes : la marine est venue en force avec son CEMM, son MGM et son DPMM.
Ces CMA-NG vont s'inscrire, à l'instar de tout le SSA, dans une optique interministérielle, avec en premier lieu, l'Intérieur. Demain, les coopération seront plus nombreuses, à tous les niveaux. Et un pompier ou un policier devrait ainsi pouvoir pousser la porte d'un CMA.
L'infrastructure des CMA va recevoir 10 MEUR par an d'ici la fin de la loi de programmation, au lieu des 5 MEUR annuels prévus jusqu'alors. Mais comme l'a fait transparaître une question dans l'amphi Foch, les besoins sont énormes, et comme le fantassin doit acheter du petit matériel, l'infirmer fait pareil dans son hôpital, pour accueillir le patient et travailler dans des conditions dignes.
A la DCSSA, on est bien obligés de reconnaître l'absence de chiffres, pour le moment en tout cas.
D'ici la présentation de résultats tangibles, vers la fin du printemps, il faudra plus ou moins faire sans...

Parce qu'il ne faut jamais oublier à quoi servent ces euros, ces hommes et ces femmes, quelques rappels photographiques d'Afghanistan, issus de ma phototèque perso.
Le rôle 1 de Nijrab, en octobre 2008, sous le règne de Chimère (photos Jean-Marc Tanguy).
Première patiente, pour le Doc issu, comme le rappelle son T-shirt, de la confrérie des paras.
La salle d'opérations (rudimentaire) de Nijrab, quatre ans plus tard, à l'heure de la fermeture. Mais jusqu'au bout, elle sera restée prête à servir.
Le rôle 1 de Tagab, avant les tirs de roquettes, avec Allobroges. Le pied est celui d'un Afghan que les Français soignaient, comme les Français.
Les urgences du rôle III de KAIA, en 2011.
Ces portraits, à l'entrée du rôle III, rappellent que la mort a aussi frappé les infirmiers et auxsan.