Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 28 août 2013

Le mot de la (fin de) semaine en Syrie : missile de croisière

Le missile de croisière est la vraisemblable vedette de la fin de semaine en Syrie, le temps que les chefs
d'éxécutifs puissent informer leurs parlements. Comme je le rappelais hier, les Etats-Unis l'ont utilisé systématiquement depuis la guerre du Golfe : en Irak donc, mais aussi au Soudan, en Afghanistan, au Kosovo et en Libye. Cette arme tirable d'avion, de frégate ou de sous-marin est très pratique car elle offre une belle allonge sans avoir à risquer la moindre vie humaine côté tireur : dans un pays comme la Syrie, hérissé de défenses sol-air, c'est une option plutôt tentante. Comme il vole très bas et très vite, il est difficile (mais pas impossible) à intercepter.
Sa navigation utilise plusieurs moyens : un altimètre, une centrale de navigation à inertie, le GPS -qui peut être brouillé, des alliés de la Russie ont déjà utilisé ces brouilleurs- et un autodirecteur terminal, en général infrarouge, avec reconnaissance de formes.
Le missile de croisière le plus connu est le Tomahawk, dont la technologie remonte aux années 70. Il a été modernisé plusieurs fois depuis. Il équipe les Etats-Unis et les sous-marins de la Royal Navy. La marine française ne dispose pas encore de son missile de croisière naval (MdCN), un programme qui a connu plusieurs glissements budgétaires. Il doit équiper d'abord les FREMM (en 2014), puis les sous-marins nucléaires d'attaque (peut-être vers 2019). 200 pièces doivent être commandées. La portée tutoierait le millier de kilomètres.
C'est moins que la version américaine, mais bien plus que le seul missile de croisière en stock actuellement : le Scalp-EG, développé en coopération franco-britannique à partir de 1996 par la toute jeune société Matra BAe Dynamics (MBDA aujourd'hui) dirigée par un jeune Matra boy qui a fait du chemin depuis, Fabrice Brégier (actuel patron d'Airbus).
500 pièces ont été produits pour la France, plus pour la Grande-Bretagne (près de 900) qui a été la première à tirer, en 2003, contre l'Irak, puis encore en 2011, contre la Libye. C'est lors de cette opération que la France a largué ses premiers missiles bons de guerre : 11 l'ont été par l'armée de l'air, et 4 par la marine.
Les Rafale marine et les Mirage 2000D ne peuvent emporter qu'un seul missile à la fois, tandis que les Rafale Air disposent de deux engins. La portée du Scalp-EG excède les 300 km. La LPM a engagé sa modernisation à mi-vie.
Plusieurs bons clients, notamment en Europe et dans le monde arabe, ont pu recevoir cette arme très précise.