Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 5 juin 2013

Syrie : quels outils disponibles (billet d'humeur) ?

On s'en souvient, l'usage d'armes chimiques en Syrie était la limite à partir de laquelle la France avait prévu
de se soucier de la situation sur place autrement que par des belles paroles.
Mais entretemps, le Mali est passé par là, contribuant à user un outil de défense déjà abrasé par plusieurs réformes, pas toutes adroites, et l'âge plus que raisonnable atteint par quelques uns de nos matériels les plus emblématiques.
Si d'aventure, la France devait donc aller prendre son chemin de Damas, sur quoi pourrait-elle donc bien compter (1) ?
L'outil le plus frais est le Charles-de-Gaulle, quoi doit reprendre la mer pour une MECO (mise en conditions opérationnelles), en juillet, avec des chasseurs surentraînés ces dernières semaines. Il ne reste plus qu'à requalifier tout le monde à l'appontage, et, selon le cas, prendre le cap à l'est. C'est l'EMA qui doit fixer le programme, et pour l'instant, il n'est pas connu, contrairement à ce qui se passe d'habitude. Un GAE d'une vingtaine de chasseurs (en Libye, c'était 16) peut conduire des missions de reconnaissance, d'attaque de précision, et de supériorité aérienne. 
Un chasseur de l'armée de l'air (2) le peut aussi, mais il faut pour cela des tankers (lessivés par Serval, et les Britanniques ne sont pas mieux) et un terrain pour décoller dans la zone. A ce stade, on ne sait pas si la Turquie ou la Jordanie ont vraiment envie d'accueillir des avions de l'OTAN pour aller survoler la Syrie. Pas tellement plus loin, il reste les terrains grecs mis à profit pour Harmattan. Mais on en revient au besoin de tankers...
Rappelons que la marine peut aussi offrir une deuxième base flottante, avec un BPC, hébergeant un groupement aéromobile (GAM) et sa vingtaine d'hélicoptères. Mais là aussi, Serval est passé par là, abrasant un peu notre ressource en Tigre. Et rappelant cruellement la faible protection offerte par les Gazelle.
La Syrie dispose de moyens sol-air très puissants, et de missiles antinavires qui fonctionnnent plutôt bien, de quoi faire réfléchir sur les moyens utilisables. Et l'endroit où les positionner.
Les forces spéciales françaises connaissent aussi très bien les contraintes de cette zone. L'EMA a commencé à épargner cette ressource, au Mali, courant mai, peut-être en prévision d'un théâtre syrien. Mais aussi, peut-être, tout simplement, parce que l'essentiel du travail, au Mali, était fini.
La Syrie est-elle l'opex de trop ? Beaucoup qui ont les mains dans le cambouis le pensent. L'ONU règlera finalement peut-être le dilemne, puisque la France n'a pas prévu d'y aller, avec de gros moyens, sans son accord. 

(1) étant bien sûr entendu que la France irait évidemment en coalition, puisqu'avec Serval, elle a bien compris sur qui elle pouvait ou non réellement compter.
(2) une bonne partie des moyens air de Serval devraient être démontés début juillet.