Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 5 mai 2013

En face du Finistère, le M51 s'autodétruit

C'est quasi-historique : un missile stratégique français, un M51, s'est auto-détruit ce matin en face du
Finistère.... et a choisi, en plus, de le faire un des rares jours de l'année où les blogueurs n'étaient pas devant leur écran. Plaisanterie à peine mise à part, cet échec, qualifié immédiatement comme tel par la Défense, pose quatre rappels et questions.
1) Un tir "technique".
Ni tir d'essai comme on l'a entendu tout de suite, ni tir opérationnel (avec des ogives, pour vitrifier un coin de globe), le tir de ce matin était un tir "technique" destiné à vérifier que le Vigilant, qui sortait d'IPER (interruption programmée pour entretien et réparations) - adaptation avait bien accueilli la totalité du systèmes d'armes à bord. C'est le deuxième SNLE à recevoir le M51 après le Terrrible. Ce chantier de plusieurs mois a été conduit par le chantier naval DCNS, à Brest. Mais, l'échec du tir de ce matin ne permet pas de qualifier le binôme Vigilant/M51, il faudra donc refaire un tir (au moins).
2) Un échec encore inexpliqué
Le missile tiré ce matin s'est autodétruit dès la première minute de vol. Pourtant, assure-t-on par ailleurs, la sortie du tube (un des principales craintes, avec la sortie à l'air libre) s'est effectuée "sans problème". C'est la version livrée par la défense, ce qui laisse ouvertes toutes les supputations possible pour les facteurs en cause. Insuffisance de poussée du propulseur, problème de navigation, la faute à un banc de merlu, actions d'ennemis de la France (1), la boîte aux explications est ouverte, et il faudra du temps pour la refermer. Les industriels (Astrium, DCNS, Hérakles), la DGA et la marine vont devoir se mettre autour de la table pour analyser l'échec du jour. Et déterminer la suite des évènements.
3) Les échecs pas courants.
Le M51 a connu cinq tirs qui n'ont pas connu d'échec : 9 novembre 2006, 21 juin 2007, 13 novembre 2008 pour les essais en vol, un tir de synthèse en janvier 2010 et un tir d'acceptation le 9 juillet 2010.  Curieusement, aucun tir ne serait intervenu depuis, si l'on en croit la marine. Pourtant, les tirs étaient réputés réguliers, à une fréquence qui se compte en mois, pas en années.
Le dernier échec remontait, si l'on en croit la Défense, à 1996 (tir M45).
4) Un petit  impact sur la crédibilité de la dissuasion
S'il faudra plus d'un échec de tir pour remettre en cause la dissuasion, priorités des priorités du chef de l'Etat et du livre blanc, ce simple échec entaille quand même la crédibilité de la composante sous-marine, qualifiée de la plus fiable techniquement. Et surtout, elle s'avère faillible : si le tir de ce matin avait été un tir opérationnel, il aurait également échoué. Le tir de ce matin était prévu depuis vraisemblablement plusieurs semaines (un tir opérationnel aura vraisemblableemt peu de préavis).
Une faille que ne manqueront pas d'exploiter ceux qui estiment que la Dissuasion fait l'objet d'un traitement budgétaire excessif, au détriment des forces conventionnelles.

(1) les deux dernières étant a priori citées pour la forme.