Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 4 mars 2013

COS : +1000... (actualisé avec liens)

Alors que les forces spéciales britanniques sont engagées dans un exercice sauvage de dégraissage, leur pendant français, le COS, a besoin de 1.000 opérateurs supplémentaires, comme ce blog l'a déjà signalé.

Avant même que Serval ne commence, ce besoin était patent, du fait des engagements importants sur plusieurs théâtres simultanés (Afghanistan, Sahel, Moyen-Orient). Le niveau de mobilisation de Serval ramène le COS à ses limites de moyens, malgré ses sept avions, 40 hélicoptères et 3.000 personnels. Soit plus que son homologue britannique.
C'est que depuis le 11 janvier, au moins deux renforcements majeurs sont déjà intervenus (y compris avec des troupes qui rentraient de mission...), compromettant les possibilités de relèves dans les mois qui viennent. Ou le déploiement sur un théâtre qui déclencherait au débotté.
Même les exercices à venir pourraient en pâtir. La participation à un exercice au moyen-Orient, pourtant minime, a été annulée, c'est tout dire... Les limites de l'organisation française étaient connues, mais elles sont aujourd'hui visibles.
Dans Serval, le COS a montré ses capacités, étant le premier à réagir le 11 janvier -un pilote du 4e RHFS en est mort-, ouvrant la voie aux forces conventionnelles, offrant sa part de vidéo et de ciblage, et restant à la pointe de la partie antiterroriste de Serval.
L'estimation du personnel nécessaire pour tenir les contrats se montre à .1000 opérateurs supplémentaires et des aéronefs supplémentaires, pour remplacer par exemple les frêles Gazelle. Avec une armée de terre réduite demain à sa portion congrue, les forces spéciales auront demain encore plus d'importance.
Ces moyens supplémentaires, on a cru pouvoir les sortir de la DGSE (une dizaine d'aéronefs du GAM-56, et le service action), schémà qui a vite buté sur l'indépendance de la centrale française. Quoique dans le monde anglo-saxon, forces clandestines et spéciales soient souvent mariées, de force... ou de raison. Les réflexes de riches risquent cependant de disparaître avec la rigueur budgétaire affichée (et ce n'est que le début).
Autre façon de gagner des postes de soutien, c'est de colocaliser les entités. Une zone en Gironde semble cumuler beaucoup d'avantages à cet égard (sans nécessiter beaucoup d'investissements), sur deux bases différentes, à Cazaux et à Martignas.
Plus facile encore, l'intégration de moyens issus des forces conventionnelles, comme les CPA et GCP de la 11e BP, qui apporteraient la moitié, et un unité d'appui interarmées comprenant notamment des moyens de génie et de guerre électronique. La mission Resco pourrait aussi être intégrée aux forces spéciales, permettant de récupérer des moyens en commandos et hélicoptères.
Ce schémà ne ravit pas forcément les états-majors d'armée, car elles sortent de leur giron des moyens spécialisés, dont elles resteront responsables de l'équipement. Il faudra donc, à l'issue de Serval, prendre des décisions qui auraient déjà pu être prises il y a longtemps. Y compris, augmenter le budget d'équipement du COS, et envisager une gestion RH particulière pour ses personnels.

A lire aussi, une série de posts relatifs au COS
http://lemamouth.blogspot.fr/2012/02/une-brigade-des-forces-speciales-air.html
http://lemamouth.blogspot.fr/2012/05/et-pour-une-brigade-de-plus-suite.html
http://lemamouth.blogspot.fr/2013/01/les-unites-du-cos-distinguees-par-leur.html
http://lemamouth.blogspot.fr/2012/10/small-is-beautiful-suite.html
http://lemamouth.blogspot.fr/2012/09/une-3e-escadrille-avions-pour-le-cos.html
http://lemamouth.blogspot.fr/2011/12/afghanistan-dix-ans-doperations.html
http://lemamouth.blogspot.fr/2013/01/lecho-des-savanes.html
http://lemamouth.blogspot.fr/2013/01/tiens-des-commandos-marine.html
http://lemamouth.blogspot.fr/2013/02/les-cpa-de-larmee-de-lair-en-pointe-au.html