Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 12 octobre 2012

Billet d'humeur : pourquoi pas de sanctions dans le dossier Louvois ?

Le mindef l'a encore redit ce matin, sa préoccupation n'est pas de faire tomber des têtes, mais de régler le problèmes de Louvois. C'est bien pourtant la première fois qu'un tel problème impacte le budget des militaires. Contrairement à ce que certains cherchent à faire croire, les problèmes se réglaient alors assez facilement, et n'avaient jamais concerné autant de monde, sur des sommes aussi importantes.
Seuls le règlement des frais de déplacement posait vraiment problème.
Plusieurs situations dramatiques sont, au fil des mois, remonté à mes oreilles, ou à celles de mes confrères. Des couples qui divorcent, des mères obligées d'aller au restaurant du coeur ou au secours populaire (quand ce n'est pas le... commandement qui conseillait d'y aller !), des CAF qui ne comprennent pas les disparités de déclarations de revenus des militaires, tout comme les mairies (1). Par chance, aucune situation désespérée n'est venue illustrer la gestion calamiteuse de ce dossier.
Bref, par delà une prise en mains politique qui n'arrive pas trop tard (11 mois après le lancement de Louvois, immédiatement concerné par les bugs), une mise sur la place publique des responsabilités n'auraient pas été de trop, pour les victimes de ces multiples désagréments.
En effet, quand un militaire commet des erreurs, il est sanctionné. Rappelons-nous que le trinôme chefs de corps-adjoint-chef de BOI est responsable de ce qui se passe dans son régiment (2). On ne peut pas exiger l'exemplarité de la base, si le reste de la chaîne civile et militaire n'est pas animée des mêmes obligations.
Le corollaire de la disponibilité totale du militaire français est le paiement d'une solde, puis d'une pension. Une pension, tiens, peut-être le prochain sujet de crispation, comme le mindef l'a découvert en visitant la base aérienne d'Orléans, lundi.


(1) qui gèrent les déclarations liées au tarif des cantines, des garderies, des centres de loisir, etc.
(2) dans des situations très différentes, ces responsables ont subi des sanctions : lors de la fusillade de Caracassonne, ou après le crash d'un Casa, en décembre 2003. Pour l'instant, et à ma connaissance, les seules contestations de militaires concernés par ces soucis de Louvois se sont limitées à des refus d'obéissance, restés plus ou moins dans la discrétion.