Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 25 mai 2012

Ces militaires "non-combattants" qui resteront en Afghanistan (actualisé)

La notion de militaires décrits comme "non-combattants", pérénisée de la présidence précédente, n'a aucun sens, si on la confronte quelques secondes à la réalité afghane, où il n'y a ni avant, ni arrière : 15 des 83 morts d'Afghanistan sont des OMLT, classés dans ces "non-combattants". Rappelons que les sept derniers morts français sont précisément des OMLT... tués par les soldats afghans qu'ils formaient (1). Même les cantonner dans une FOB ou un camp -ce qui n'aurait pas de sens- est donc aussi risqué que de les faire sortir avec l'ANA. A plusieurs reprises, les POMLT (gendarmes) ont échappé à la mort par miracle, lors d'attaques à l'IED.
Rappelons aussi que 18 des 83 morts d'Afghanistan ne sont pas morts des IED et balles insurgés, mais de la piètre qualité du réseau routier (7 morts), de facteurs environnementaux (3), ou de manipulations d'armes (3).
Même si cette distinction sémantique est aussi destinée à faire croire que les morts vont s'arrêter, rien ne permet aujourd'hui, de pouvoir le garantir pour les formateurs, quel que soit leur statut.
S'il reste bien 1.000 soldats français en Afghanistan (2) après la fin de l'année (ce n'est que 1.600 de moins que ce qui était prévu...), ils resteront exposés, comme on l'a déjà écrit ici, aux attaques de kamikazes et de chicom. Et d'IED : pour amener le matériel de la zone de Warehouse à KAIA (3), il faut parcourir plusieurs kilomètres potentiellement tout aussi risqués qu'en Surobi ou en Kaipsa.
Rappelons que la précédente administration avait prévu de laisser, fin 2012, 1.200 personnels classés non-combattants (et 1.400 "combattants"). Le changement est donc difficile à discerner.
Et d'autant plus que dans les prévisions de la précédente administration, Tagab devait être rendu en septembre 2012 -certains parlaient même de juillet...-, et Tora devait suivre dans la foulée. Déjà, Nijrab est vidé de l'état-major de la TFLF, qui consomme de nombreux KC20. Rendre ces trois sites aux Afghans d'ici la fin de l'année n'a donc rien d'une gageure (4).
Preuve de l'instabilité de l'exercice de ce matin, la Défense ne devrait pas apporter de nouveaux détails avant le point presse de son ministre, jeudi en fin d'après-midi.


(1) la même mésaventure pouvant arriver aux formateurs d'Epidote, ou des gendarmes présents en Wardak.
(2) à ce stade, on ne dispose pas de décompte de ce millier de "non-combattants", même si des hélicoptères et des moyens médicaux sont évoqués. A première vue, cela semble beaucoup pour garder du matériel, le convoyer entre Warehouse et KAIA, et former des afghans.  Il va aussi sans dire qu'abandonner les missions combattantes devrait aussi nous amener à sortir des opérations de planification et de conduites des combats, à l'état-major de l'ISAF, où le CEM est un Français.
(3) où la zone de stockage française est particulièrement réduite.
(4) les attaques sont assez rares sur la Nijrab-Kaboul, ce qui n'est pas forcément le cas sur la Tagab-Nijrab. En tout cas, quand on ne paye pas.