Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 6 avril 2012

A la recherche des effectifs afghans (actualisé-1)

Exercice périlleux de reconstitution des 3.400 militaires engagés dans la zone afghane. Depuis la date du retrait des premiers éléments, on a du mal à suivre l'évolution réelle des effectifs français en Afghanistan.
Une partie du problème réside dans le fait que selon nos estimations, les effectifs, hors gendarmerie, ont allègrement dépassé les 4.000 prévus, si bien qu'aujourd'hui, il devient difficile, avec théoriquement 600 soldats de moins, d'expliquer comment on arrive à 3.400. Et où ils sont basés.
Sans doute conscient de ce problème rencontré par la presse, l'EMA a donné hier quelques éléments de compréhension de cette ventilation, pas toujours très facile à appréhender, même avec la meilleure volonté du monde.
Selon cette source, la TFLF compte encore 2.200 personnels en Surobi et Kapisa, malgré les deux SGTIA et des éléments isolés qui ont déjà été ôtés depuis octobre. Cela confirmerait donc qu'elle a bien dépassé les 2.400 qu'on lui prêtait en octobre. En Surobi, il resterait 450 soldats (1), tandis qu'en Kapisa, on trouverait un millier d'hommes, répartis aux deux tiers à Nijrab. Les OMLT, qui ont été réduits à leur portion congrue, ne suffisent pas à expliquer le différentiel (2). Et comme la France n'a plus de COP, et n'a pas non plus de base secrète...
Le deuxième pack d'effectifs est plus composite : il regroupe, selon l'EMA, un millier de personnels, à la fois les insérés OTAN, le NCC, Epidote, le Batlog et la TF Mousquetaire (qui dépend pourtant de la TFLF), mais aussi la frégate placée en OEF, et les aviateurs de Douchanbe, qui ne sont plus que 113, contre 150-180 à la belle époque. Selon la marine, c'est la FAA Cassard (3) qui est actuellement en OEF. Son équipage comporte 250 marins. Si on y ajoute les 113 aviateurs de Douchanbe, on arrive déjà à 363 militaires basés hors d'Afghanistan. Le Batlog compte pour quelque 400-450 personnels, on arrive donc à 760-810. Auxquels il faut ajouter la TF Mousquetaire (130). Si on y ajoute le NCC (une cinquantaine), Epidote, et les insérés, le transit aérien à Kaboul, on dépasse, de fait, très allègrement le millier de militaires.
Enfin, le dernier poste est celui du Detchasse de Kandahar, réduit à une centaine d'aviateurs en novembre.
2.200+1.000+100 égale en effet environ 3.400. Mais avec de très nombreux points d'interrogation.

(1) la revue de l'armée de terre d'avril évoque 750 soldats dans le GTIA Surobi. Même en retranchant un SGTIA rapatrié, on n'arrive pas à 450.
(2) un vrai point d'interrogation, car les moins de 200 gendarmes sont exclus de ce décompte de l'EMA.
(3) selon l'EMA c'est un effectif moyen de frégate, soit 150 marins, qui est en général comptabilisé, d'autant plus que ce navire n'est pas en permanence intégré à OEF. Ce qui est le cas actuellement puisque le Cassard relâche dans un port.