Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 11 août 2009

Médailles : les soldats pas contents

On peut avoir été quatre fois en Afghanistan pour des séjours de six mois et en revenir sans la moindre médaille. C'est possible, en tout cas dans l'armée canadienne, où on ne récompense que les actes héroïques, comme l'illustre une dépêche de la Canadian Press, que j'ai mis en lien à la fin de ce post. L'autre problème décrit étant que l'on peut aussi attendre parfois très longtemps des médailles promises.
On le sait, le principal problème du soldat français, sans considération d'uniforme, est un peu celui-là, et d'autant plus depuis qu'on donne des légions d'honneur à des vedettes civiles. Chez Hervé Morin, le 13 juillet dernier, on remettait des croix de valeur militaire à des sous-officiers des forces spéciales pour des faits remontant à... 2007 ! Vu les citations accompagnant les croix, on peut dire que les récipendiaires les avaient plus que méritées, mais le temps... La CVM reste cependant une valeur sûre, et l'attribution d'une légion d'honneur à un commando para du CPA10, qui ne l'avait volée me semble être une initiative audacieuse à renouveler.
"Souvent, il faut tractionner pour récompenser des soldats méritants, qui ne seront même pas décorés, en plus, pendant leur séjour chez nous, du fait du temps que prennent les démarches" m'a expliqué un jour un officier dont j'ai légèrement modifié les paroles pour éviter qu'on ne le traque impitoyablement pour avoir eu l'outrecuidance de se plaindre.
Rare contre-exemple, les "Afghans" du 8e RPIMa ont été décorés dans des délais-records : sur place pour certains, à la dissolution de la TF CHimère (janvier 2009) par Hervé Morin, et encore en juillet, à l'occasion de la passation de commandement.
Autre exemple, tiré du post précédent, les personnels médicaux, qui en Afghanistan opèrent sur la même ligne que les fantasssins, sont les oubliés, comme les personnels opérant entre 0 et 50 mètres-sol (les équipages d'hélicoptères et leurs commandos), comme les démineurs, etc.
On voit mal cependant comme le système d'attribution, qui est plutôt, dans ses effectifs, promis à dépeçage, pourrait devenir plus performant.
En 2003, un ministre soucieux de valoriser ses troupes avait institué des "réunion bonnes affaires". Il se faisait livrer tous les compte-rendus du terrain, et faisait monter à Paris les policiers qui s'étaient illustrés le semaines précédentes. Il s'appelait... Nicolas Sarkozy.

La dépêche canadienne :
http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5jadO4ipv7mhZAzw91k9eXvNTs-zg