Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 26 août 2009

Cet ennemi sournois qui vient frapper à la porte de nos casernes

On pourra fermer une école à partir de 6 enfants contaminés par le virus H1N1, mais qu'en sera-t-il dans un régiment, une base aérienne, un état-major ou un building de l'administration centrale qui aura 6 patients contaminés ? Si évidemment, la question se pose un tout petit peu moins dans les premiers cas (du fait de la dispersion des militaires), elle est évidemment plus accrue dans des immeubles de bureaux, remplis de militaires et/ou civils de la défense en contact permanent. Et il y en a dans lesquels la concentration est particulièrement forte : à Bagneux, siège de la DGA, à Balard (où fonctionne le plus grand restaurant collectif de France...), à l'ilôt Saint-Dominique... Plusieurs ressortissants ont été contaminés -j'ai posé la question à la Défense mais pas de réponse...- et il faut le rappeler, l'issue est souvent celle-là : les patients ont guéri. Mais le risque le plus évident arrive avec les retours de vacances, et le phase d'éruption de la pandémie : maintenant.
Les SM en première ligne
La Défense a depuis juin une obligation d'astreinte dans chaque service médical pour l'accueil d'un de ses ressortissants, afin de vérifier l'éventuelle contamination par le H1N1. Et évidemment, elle a un rôle accru, pour héberger les stocks de masques, et à l'automne, de vaccins (les 92 millions commandés par la France, une fois qu'ils seront produits).
La Défense a aussi un autre rôle, c'est celui d'accueillir et de soigner, dans ses hôpitaux (HIA) : ses propres ressortissants, mais aussi le public, comme c'est le cas en temps normal. On peut penser que la chaîné santé des armées peut aussi avoir un rôle dans l'armement de centres de vaccination.
Enfin, il ne faut pas l'oublier, le SSA dispose aussi d'une pharmacie centrale, dans le Loiret, qui aligne des capacités de production de vaccins et de médicaments.
Bref, certains pourront se féliciter de ne pas avoir commis l'erreur d'externaliser la chaîne santé.
La Défense est un ministère régalien, qui se charge de missions continues (elle doit donc rester un ilôt préservé par le H1N1) : la santé, donc, mais aussi la dissuasion (quel effet du H1N1 à bord d'un SNLE en patrouille...), la protection du ciel, Vigipirate...
Poignée de main ou poignée de porte
Vigipirate est d'ailleurs une mission dans laquelle les militaires sont en contact avec le public : imagine-t-on l'effet qu'aurait, sur l'opinion publique, des militaires patrouillant portant des masques hygiéniques, dans Paris ? Mais aura-t-on le choix de ne pas anticiper, alors même que la ressource Vigipirate, est, comme le reste, comptée ? L'armée de Terre entretient bien une réserve stratégique pour les missions intérieures, mais elle sera peut-être occupée, à l'automne, à transporter des vaccins, voire, pourquoi pas, à remplacer des chauffeurs de bus déficients, etc... Bref, éventuellement, contribuer à la continuité du service public.
Il y a plein de façon de diffuser le virus. Une poignée de porte, une séance de poignée de mains (l'avantage théorique, dans l'armée, est qu'on salue à distance, mais cela se perd...). Ou s'échanger des groins par exemple, mais il y en a sûrement pour tout le monde, donc cela n'arrivera pas. Et puis même s'il n'y en avait pas assez, un p'tit coup de chiffon... A peine plus sérieusement, tous les conseils pratiques, pour devenir incollable sur la grippe A peuvent être trouvés sur ce site de communication gouvernementale sur le H1N1 :
http://www.pandemie-grippale.gouv.fr/.

CE TEXTE NE PEUT PAS ETRE COPIE SANS CONSENTEMENT DE L'AUTEUR.